row]

Une terre en germe, c’est une terre en attente. En elle il y a tout ce qu’il faut : les graines, les bons sillons et la rosée. Il manque celui qui va réveiller, dégager les cailloux et pousser les graines jusqu’aux fruits d’un arbre immense. Une terre neuve, c’est une terre qui produit des fruits qu’on n’attendait plus, des fruits nouveaux qui permettent d’espérer des moissons innombrables. C’est une terre qui ne ressemble en rien aux vieux déserts craquelés qui la couvraient. C’est une terre nouveau-née, parce que quelqu’un est venu lui donner une autre figure ! Une terre en friche, c’est une terre laissée à l’abandon, volontairement ou par manque d’ardeur. Il faut sortir les cailloux, retracer les sillons, dégager la place pour les jeunes pousses. Alors, à nouveau elle produira du fruit : au centuple ! Une terre brûlée, c’est une terre calcinée où les moissons attendues ont séché sur pied. Faute de soin. Manque d’eau. Oubli. Désintérêt ou intérêt porté ailleurs, sur les mirages. Ses possibilités sont mortes. C’est une terre de cendres ! Mais l’extraordinaire est qu’en plein milieu des cendres, on devine un surgeon tout frais. Une terre à fruits, c’est une terre où la vie éclate comme un fruit mûr, où la vie est offerte à ras bord, où la vie déborde, où les odeurs de renfermé et de moisissure disparaissent pour céder la place au goût du pain chaud, où la vie, une fois pour toutes, a mis la mort de son côté. 

 Une terre où l’on vit enfin ! Une terre de promesse, c’est une terre normale, habituelle. Rien d’extraordinaire. Des germes, des herbes, des branches, des champs avec une production sans excédent. C’est une terre à entretenir soigneusement, car, par-ci par-là, des épis, des récoltes laissent présager qu’elle est remplie de richesses à venir. Avec ce texte de Charles Singer, de la promesse d’une terre fertile la campagne DM-EPER nous invite à creuser les sillons d’espoir avec la Colombie et le Mozambique. Que peuvent bien avoir en commun la Colombie et le Mozambique ? En Colombie, des femmes luttent contre la malnutrition et revendiquent leur droit à l’alimentation pour pouvoir nourrir leur famille. Au Mozambique, où le développement peine à avancer, les hommes et les femmes aspirent à une vie
digne, pour eux et les leurs. Face aux inégalités, DMéchange et mission et l’Entraide protestante suisse (EPER) apportent un soutien concret et durable. Des formations, des crédits, des conseils ou des semences : de quoi faire germer l’espoir de meilleurs lendemains. Comme l’écrivait Saint-Exupéry, « pour ce qui est de l’avenir, il ne s’agit pas de le prévoir mais de le rendre possible ». La campagne DM-EPER 2018 s’inscrit dans cet espoir, empreint de volonté et de détermination. Même si nos rêves et nos besoins diffèrent, nous portons en nous des projets pour demain. En Colombie et au Mozambique, nous traçons ensemble des sillons d’espoir. Avec vous, DM-échange et mission, l’EPER et leurs partenaires sur le terrain peuvent appuyer celles et ceux qui en ont besoin. Votre soutien est essentiel et peut faire une grande différence.
[/row]