J’ai la chance d’avoir deux plantes dans mon bureau. Un papyrus et un cactus. Deux plantes de couleur verte et dont le nom rime en «us». Deux plantes qui pourraient se ressembler. Sauf qu’elles ne fonctionnent pas de la même manière. Alors que le papyrus a besoin d’un arrosoir par jour et doit toujours avoir les pieds dans deux centimètres d’eau, le cactus n’a besoin d’eau que très occasionnellement. Beaux tous les deux, cactus et papyrus n’ont ni les mêmes qualités, ni les mêmes besoins. Ils disent quelque chose de nous. Même si nous nous ressemblons sur bien des aspects, chacun de nous est unique. La plupart du temps, nous n’avons pas les mêmes talents, pas les mêmes dons, pas les mêmes faiblesses ni les mêmes besoins spécifiques. Et c’est une très bonne nouvelle car cela signifie que nous avons besoin les uns des autres pour nous compléter et pour construire. Cela signifie que nous pouvons donner et recevoir et que chacun a quelque chose de spécifique à apporter. L’apôtre Paul écrit dans une lettre aux chrétiens de la ville de Corinthe. «Il y a diverses façons de servir mais c’est le même Seigneur que l’on sert. Il y a diverses activités mais c’est le même Dieu qui les produit. En chacun l’Esprit Saint se manifeste par un don pour le bien de tous». Un monde qui ne serait fait que de cactus ou que de papyrus serait un monde bien pauvre.
Noémie Rakotoarison Pasteure ( Parue dans FAVJ)