On dit souvent que l’automne est la période idéale pour planter les rosiers. En terre, les racines vont pouvoir descendre en profondeur et prendre leur place. Planter, c’est un geste prometteur: c’est permettre au rosier de pousser et de fleurir. Et c’est tout le jardin qui s’en trouvera embelli. Les jours qui raccourcissent, le froid qui arrive et le temps maussade ne font pas vraiment penser aux fleurs, ni aux fruits, ni d’ailleurs à la joie du printemps. Certains temps d’automne peuvent même avoir un petit côté déprimant. Mais si c’était justement l’occasion de penser au rosier et de continuer à planter des bonnes choses, pas forcément dans nos jardins, mais dans nos vies? Avec cette joie paisible de savoir que Dieu nous accompagne et nous porte. L’apôtre Paul écrit: «J’ai planté mais c’est Dieu qui a fait grandir». Un projet, des retrouvailles, la décision de changer dans un domaine de ma vie où je ne suis pas au top, un pardon à donner ou à recevoir, un sourire dans la rue… tant de bonnes choses qui mettent en marche et changent les choses autour de soi. Comme un arbre qui fleurit. Temps maussade et mélancolie d’automne? Ne nous y arrêtons pas trop longtemps… continuons à planter!
Noémie Rakotoarison ( paru dans FAVJ)